Jean-Marc Ferry

Europe, la voie kantienne. Essai sur l’identité postnationale

Une critique de Solange Chavel

Thèmes : Europe

Date de parution : 5 octobre 2006

Editeur : Cerf
Collection : Humanités
ISBN-10 : : 2204077348
ISBN-13 : : 978-2204077347
Nb. de pages : 215 pages
Prix : 29,40 euros

Version imprimable fontsizeup fontsizedown
Référence : Critique publiée dans Raison publique, n° 5, octobre 2006, pp. 136.

L’ouvrage de Jean-Marc Ferry est traversé par une question centrale : comment peut-on penser le lien capable de fonder une véritable union politique européenne ? Si la voie nationaliste se trouve dépassée, Ferry soutient dans une première partie le pari qu’il est possible de donner au principe républicain une pertinence post-nationale. Il s’articule autour du principe, inspiré notamment de Habermas d’un « patriotisme constitutionnel », appuyé sur la mise en commun de l’histoire européenne. Car la forme spécifique d’intégration républicaine pertinente pour une union européenne post-nationale devrait se frayer un chemin entre deux illusions. L’illusion rationaliste que la raison publique pourrait faire l’économie des traditions culturelles et des convictions morales s’oppose à l’illusion identitaire qui confondrait communauté morale et communauté historique : la deuxième partie est donc un plaidoyer pour la formation d’une culture publique commune et d’une mémoire historique partagée en ouvrant à la raison publique des intuitions privées longtemps exclues du champ politique. Le « sens de l’Europe » (troisième partie) peut alors être mis à l’épreuve sur les deux sujets sensibles que sont la question de la Turquie et la Constitution européenne : l’identité européenne, en ce sens, ne réside pas dans des frontières géographiques ou une culture historiquement fixée, mais dans un projet philosophique. Celui-ci trouve son expression dans l’idée kantienne du cosmopolitisme, que Ferry reprend au Projet de paix perpétuelle de 1795. L’Union Européenne, loin de confisquer la souveraineté des États dans un processus d’exercice vertical du pouvoir qui gommerait les identités, est le pari de l’invention d’une forme cosmopolitique d’intégration horizontale, où coordination et concertation limitent la souveraineté nationale sans pour autant la rendre caduque. Les deux dernières parties prolongent la réflexion en tentant de saisir la spécificité de la souveraineté et de la citoyenneté au sein des institutions originales de l’Union Européenne. « Paysage institutionnel atypique », l’Union Européenne cherche à articuler un cadre juridique unifié, un respect pour le pluralisme des cultures et des traditions historiques, et une culture publique commune. À la question « comment former une communauté qui soit à la fois politiquement unie, socialement consistante et culturellement pluraliste », Jean-Marc Ferry répond par une réflexion stimulante qui met l’accent sur l’importance de la formation pragmatique d’une culture politique partagée.

Une critique de Solange Chavel

Version imprimable fontsizeup fontsizedown
Pour citer cet article :

© Raison-Publique.fr 2009 | Toute reproduction des articles est interdite sans autorisation explicite de la rédaction.

Motorisé par SPIP | Webdesign : Abel Poucet | Crédits