Figures et figurations du pouvoir politique

mardi 18 mai 2010, par Sylvie Servoise

Thèmes : Pouvoir

Version imprimable fontsizeup fontsizedown

Si la réflexion sur le pouvoir est au centre de la philosophie politique, elle constitue également un enjeu fort de la littérature et des arts : et le titre du présent dossier, qui met en avant les « figures et figurations » du pouvoir politique, ne saurait renvoyer à une quelconque opposition entre réflexion et mise en forme. Au contraire, la représentation du pouvoir politique – dans le roman, le théâtre, le cinéma, les arts plastiques – est inséparable d’un questionnement sur l’essence de ce pouvoir, ses modalités pratiques d’affirmation et les conséquences de son déploiement à l’échelle individuelle et collective. Pour reprendre Sartre et élargir son propos au discours tenu par les images, si représenter « c’est agir », puisque « toute chose que l’on nomme » – ou représente - « n’est déjà plus tout à fait la même » au sens où « elle a perdu son innocence [1] », alors cette force de dévoilement devrait atteindre son acmé quand l’objet saisi est le pouvoir politique.

Car qu’est-ce que ce pouvoir sinon précisément celui qui est à la fois invisible et omniprésent, nourrissant les fantasmes – ou les sinistres réalités – d’un pouvoir occulte et par ailleurs enclin à donner des représentations de lui-même ? De fait, le pouvoir politique est autant organisateur et régulateur de l’espace public (et, de manière plus ou moins forte selon sa nature, de l’espace privé) que metteur en scène de lui-même. Figurer le pouvoir politique, c’est alors tantôt ou à la fois dévoiler son mécanisme, s’introduire dans les coulisses, donner à voir le spectacle qu’il offre, mais aussi interroger le statut de tous ceux qui contribuent ou assistent au lever de rideau : acteurs (ou pantins), spectateurs (engagés ou non ; au parterre ou au paradis), scénaristes plus ou moins inspirés. Et sans doute ne serait-il pas absurde de réserver à l’artiste, pour filer la métaphore, le rôle d’éclairagiste, qui met en lumière, sous un angle particulier, ces divers espaces et individus.

Sommaire du dossier

- Jean-Michel Wittmann : "Aux sources d’un imaginaire réactionnaire. Figurer le pouvoir politique décadent, de Barrès à Drieu la Rochelle"

- Aurore Peyroles : U.S.A. "de John Dos Passos : démystification et refondation du rêve politique américain"

- Gabrielle Napoli : "Les spécificités du pouvoir politique figuré par l’enfant : Le Roi blanc de György Dragomán et Le Grand Cahier d’Agota Kristof"

- Benoît Doyon-Gosselin & David Bélanger : "Ironie du pouvoir et pouvoir de l’ironie dans L’année de la mort de Ricardo Reis de José Saramago"

- Caroline Juillot : "Le Grand Inquisiteur, figure du pouvoir contemporain"

- Isabelle Ligier-Degauque : "Combattre les « forces obscures » du naturalisme : les vertus du simulacre pour mettre en scène le pouvoir politique (Ghelderode, Genet et Py)"

- Éric Nuevo :" La représentation du président américain à Hollywood : l’image troublée d’un leader, d’Abraham Lincoln à George W. Bush"

- Estelle Bayon : "(Dés)ordre : corps ordinaires et figures politiques dans Les Harmonies Werckmeister de Béla Tarr"

- Hélène Jaccomard : « L’Aube le soir ou la nuit de Yasmina Reza ou comment figurer le politique sans politique ? »

- Sandra Coulaud : « Les rois de Shakespeare : des rois sous contrôle ? »
- Emmanuelle Glon : « Le cinéma selon Goebbels : les films antisémites et l’imaginaire nazi »

- Natalia Leclerc : « Satire, fantastique et mythe dans Cœur de chien de Boulgakov : une vision décalée du pouvoir soviétique ? »

- Alexandre Wong : « “Vive le roi”, “Vive la République” : l’Etat moderne en spectacle »

- Jérémy Mahut : « Figuration du pouvoir politique dans le théâtre Verbatim »

- Emilie Sitzia : « Devenir un dieu : évolution politique des portraits de Napoléon »

- Erika Thomas : « Figurations du pouvoir militaire dans le cinéma brésilien »

- Pierre-Simon Gutman : « Portrait en creux de l’homme politique moderne. À propos de The Deal et The Queen de Stephen Frears »

par Sylvie Servoise

Version imprimable fontsizeup fontsizedown
Pour citer cet article :

Notes

[1] Jean-Paul Sartre, Qu’est-ce que la littérature ? (1948), Paris, Gallimard, « Folio essais », 2001, p. 27.

© Raison-Publique.fr 2009 | Toute reproduction des articles est interdite sans autorisation explicite de la rédaction.

Motorisé par SPIP | Webdesign : Abel Poucet | Crédits