Chronique consternée d’une expulsion annoncée...

mercredi 14 septembre 2005, par Patrick Savidan

Thèmes : Immigration

Version imprimable fontsizeup fontsizedown
Référence : Article tout d'abord publié sur le site de l'Observatoire des inégalités, repris avec l'autorisation de l'auteur et de l'éditeur.

Expulsions d’étrangers : Nicolas Sarkozy fait le forcing auprès des préfets pour en accélérer le rythme. Le point de vue de Patrick Savidan, directeur de la rédaction de Raison publique.

Jeudi 8 septembre, à 19 heures, une femme somalienne et son nourrisson d’un mois ont été amenés au centre de rétention de Rouen, en vue de leur expulsion du territoire français, indique la Cimade (Service Oecuménique d’entraide). C’est sans doute pour encourager les individus à rester dans la légalité, que l’on aura décidé d’arrêter cette femme au guichet de la préfecture où elle s’était rendue pour faire renouveler le récépissé de sa demande d’asile.

Alors que la mère et l’enfant étaient jusque là logés à l’hôtel et suivis par les services sociaux, les services de la préfecture ont demandé leur placement dans un centre qui ne pouvait les recevoir dans des conditions satisfaisantes. Mais pourquoi s’arrêter à de tels détails ? Cette administration ne doit-elle pas tout sacrifier à l’objectif qu’on lui assigne : expulser les étrangers coûte que coûte ? Là comme ailleurs (radiation des chômeurs, délinquance), il ne s’agit que de faire du chiffre. Le journal Libération le confirme lorsqu’il rapporte que Nicolas Sarkozy a fait savoir à ses préfets qu’ils avaient, en ce domaine, une "obligation de résultats" ; qu’il avait fixé à 23 000 le nombre minimal d’expulsions pour 2005, et que les préfets devaient s’activer puisque, à la fin du mois d’août, il n’y en avait eu "que" 12 849 [1].

On se demande cependant : à quoi pense-t-on, tout en bas de la hiérarchie, quand, à 5 h 30 du matin, on expulse une femme et son bébé d’un mois ? A-t-on en tête une image de ce qui les attend ? Comment fait-on pour évacuer toute question quant à leur avenir ? Vers quoi les jette-t-on ? Est-ce une question qui se pose ?

Pour que l’immigration ait un sens, ne serait-ce que pour les immigrés eux-mêmes, il faut que les flux migratoires soient régulés. Peu nombreux sont ceux qui le contestent [2]. Mais en vertu de quelle aberration morale ce "service public", auquel nous sommes si attachés et qui, si souvent, demande à ce que nous le défendions, "notre" service public (en l’occurrence la Police aux frontières, qui dépend évidemment du Ministère de l’intérieur), peut-il en venir à considérer comme relevant des procédures normales "d’éloignement effectif des étrangers en situation irrégulière" le fait d’embarquer pour Roissy, sans ménagement, à l’aube, une mère et son nourrisson, en laissant derrière eux effets personnels, poussette et siège bébé (la voiture est trop petite) ?

On peut se demander à quoi pouvait bien penser l’agente de police qui, pendant le trajet, tenait dans ses bras l’enfant, alors que la mère de celui-ci est assise à ses côtés, menottée. Peut-être se posait-elle la question de savoir si elle et ses collègues faisaient correctement leur travail. Car il faut bien le comprendre : tout ceci se prépare, s’organise, se planifie. Enfin, le plus souvent ; parce que là, en l’occurrence, on avait bien pensé aux menottes, mais pas aux documents nécessaires pour l’expulsion (pardon : pour "l’éloignement effectif"). Bilan : retour au centre de détention (pardon : "au centre de tention"). La mère et son enfant ne seront donc pas expulsés. Pour le moment. Il faut d’abord que tout le "nécessaire" soit réuni. Les menottes, la voiture, les fonctionnaires sont prêts ; il ne reste donc plus qu’à préparer les documents... On le voit, le zèle à l’expulsion requiert aussi certaines compétences. C’est un métier. Et, de temps en temps, on découvre même qu’il y a des règles à respecter. On suppose que la hiérarchie de ces fonctionnaires saura toutefois être clémente : ils n’ont certes pas été très méthodiques dans l’application de la loi Sarkozy, mais l’esprit y était finalement [3].

Pour se donner peut-être le temps de relire cette loi sur l’immigration, les agents de la police aux frontières ont donc raccompagné la mère et l’enfant à l’hôtel d’où ils les avaient d’abord tirés, non sans avoir pris le temps de passer par le centre de rétention de Rouen pour récupérer les affaires de cette petite famille en sinistre transhumance dont le destin, banalisation aidant, ne semble pas émouvoir outre mesure l’opinion publique. On s’habitue à tout, semble-t-il, y compris à ces formes d’indignités administrativo-politiques.

L’histoire ne dit pas si ces agents auront rappelé à cette mère de famille de ne pas oublier de se rendre à la Préfecture pour faire renouveler le récépissé de sa demande d’asile...

par Patrick Savidan

Version imprimable fontsizeup fontsizedown
Pour citer cet article :

Notes

[1] Voir l’article de Libération, édition du 10 septembre 2005.

[2] Voir l’article de Louis Maurin : "Immigration : des quotas pour les plus pauvres" sur le site de l’Observatoire

[3] Pour une analyse de cette loi, voir la Commission des droits de l’homme. Sur le problème des attestations d’accueil, voir cet autre article de l’Observatoire des inégalités.

© Raison-Publique.fr 2009 | Toute reproduction des articles est interdite sans autorisation explicite de la rédaction.

Motorisé par SPIP | Webdesign : Abel Poucet | Crédits