Sam Harris

Free Will

Une critique de Solange Chavel

Date de parution : 10 mars 2012

Editeur : Free Press
Année : 2012
ISBN-10 : 1451683405
ISBN-13 : 978-1451683400
Nb. de pages : 96 pages
Prix : 7,59 euros.

Version imprimable fontsizeup fontsizedown

Dans son nouvel essai, le philosophe Sam Harris présente un plaidoyer enlevé en faveur d’une position déterministe claire : le libre arbitre est une illusion. Nous ne sommes pas les auteurs de nos pensées ; s’il y a bien des cas où il est parfaitement sensé de dire que nous faisons ce que nous voulons, il est en revanche incohérent de penser que nous serions maîtres de cette volonté. La science contemporaine vient appuyer des positions que n’aurait pas renié Spinoza : "People feel that they are the authors of their thoughts and actions, and this is the only reason why there seems to be a problem of free will worth talking about".

Sam Harris n’a pas peur de reconnaître le caractère potentiellement explosif d’une position déterministe tenue avec cohérence jusqu’à ses conclusions morales et politiques. À ses yeux, il y a là de quoi déclencher une "culture war" incomparablement plus grande que celle qui existe actuellement aux USA à propos de l’évolutionnisme, ce qui n’est pas peu dire. "Without free will, sinners and criminals would be nothing more than poorly calibrated clockwork, and any conception of justice that emphasized punishing them (rather than deterring, rehabilitating, or merely containing them) would appear utterly incongruous".

Ferraillant avec Daniel C. Dennett, il refuse toute tentative compatibiliste de sauver le libre arbitre au motif que les actions que nous faisons seraient bien les nôtres. En revanche, il conserve toute leur place aux concepts d’effort et de choix, ainsi qu’à l’opposition entre action délibérée et action réflexe. Simplement, l’effort, la délibération et l’attention ne sont que des maillons de la chaîne causale qui nous fait faire ce que nous faisons. Le résultat, d’après l’auteur, n’est pas le fatalisme mais au contraire une meilleure compréhension du fonctionnement humain : "Getting behind our conscious thoughts and feelings can allow us to steer a more intelligent course through our lives (while knowing, of course, that we are ultimately being steered)".

Samuel Johnson proclamait que "toute la théorie est contre la liberté de la volonté ; toute l’expérience est en sa faveur". Sam Harris promet à son lecteur de lui montrer que l’expérience n’est pas si éloignée de la théorie qu’on le croit ordinairement.

Une critique de Solange Chavel

Version imprimable fontsizeup fontsizedown
Pour citer cet article :

© Raison-Publique.fr 2009 | Toute reproduction des articles est interdite sans autorisation explicite de la rédaction.

Motorisé par SPIP | Webdesign : Abel Poucet | Crédits