Le complot : entre rhétorique théologique et rhétorique politique

mercredi 9 mars 2016, par Jean-Philippe Schreiber

Thèmes : Complot

Version imprimable fontsizeup fontsizedown
Télécharger cet article au format PDF (91.9 ko)

Article initialement publié dans Raison publique, n°16, printemps 2012.

Dans cette Révolution Française, tout, jusqu’à ses forfaits les plus épouvantables, tout a été prévu, médité, combiné, résolu, statué ; tout a été […] amené par des hommes qui avaient seuls le fil des conspirations longtemps ourdies dans les sociétés secrètes, et qui ont su choisir et hâter les moments propices au complot[A. de Barruel, Mémoires pour servir à l’histoire du jacobinisme, [1798-1799], Chiré-en-Montreuil, Diffusion de la Pensée française, 1973, t. I, p. 42.[]].

Ainsi s’exprimait, dans un texte célèbre, l’abbé Augustin de Barruel. Il ne fut certes pas le premier à attribuer la Révolution française à la conspiration des francs-maçons, mais l’idée d’un complot permanent, qu’il élabora au lendemain de la Révolution, marquera pour des générations la pensée antimoderniste, de sorte que nombre de théories autour du complot n’ont été que des avatars des écrits barruéliens, et que l’antimaçonnisme des xixe et xxe siècles n’est en fin de compte qu’une longue resucée de sa pensée.

Les délires conspirationnistes qui, depuis Barruel, ont entretenu l’imaginaire du soupçon dans nos sociétés peuvent bien entendu être balayés d’un revers de main, parce qu’ils ne sont après tout que l’expression d’une vision magique du politique. Mais ce serait un peu court. Les théories du complot permanent puisent le plus souvent aux mêmes sources, se nourrissent depuis deux siècles de la même historiosophie, répondent à des schèmes rhétoriques identiques et offrent une explication générale des maux du monde qui structure maints discours contemporains sur le réel. L’Église catholique, mise à mal par la modernité, a joué à la fin du xixe siècle un rôle capital de ce point de vue. D’abord, elle a condensé et popularisé un discours qui reposait jusque-là sur la complexité et la confrontation documentaire avec des adversaires dont le propos était davantage étudié et disséqué. Ensuite, elle a préparé le terrain à la sécularisation de motifs qui s’énonçaient pour l’essentiel dans un registre religieux. Car ce sont les usages politiques de conceptions théologiques ou apologétiques (l’hérésie, le secret, la prophétie, le diable…) qui ont offert au discours complotiste une profondeur causale légitimée par la doctrine de l’Église et l’Institution ecclésiale.

L’idée du complot est d’une puissance redoutable parce qu’elle mobilise les ressorts de la pensée mythique – le mythe ayant précisément pour fonction de tout expliquer. Elle relève du mythe aussi parce qu’elle suggère un dédoublement du monde, la réalité apparente n’étant que le voile derrière lequel opèrerait un autre monde, insaisissable, qui en fixerait les règles et les lois, et serait le lieu véritable du pouvoir. (...)

Lire cet article dans son intégralité.

par Jean-Philippe Schreiber

Version imprimable fontsizeup fontsizedown
Pour citer cet article :
Télécharger cet article au format PDF (91.9 ko)

© Raison-Publique.fr 2009 | Toute reproduction des articles est interdite sans autorisation explicite de la rédaction.

Motorisé par SPIP | Webdesign : Abel Poucet | Crédits