Le vampire et la jeune fille, ou comment grandir a l’ombre de Twilight…

samedi 18 avril 2015, par Isabelle Casta

Version imprimable fontsizeup fontsizedown
Télécharger cet article au format PDF (211.6 ko)

On trouve les « blockbusters » des lectures adolescentes, en plus des ouvrages et auteurs « organiquement » cooptés pour ce créneau, dans la « vague-vampire » qui submerge l’édition en ce moment ; une vague, ou plutôt un typhon, car la saga de Stephenie Meyer a été lue à ce jour par () millions de lecteurs (lecteurs au sens de « lectrices » en immense majorité !). Cela ne peut être négligé, les chiffres quittant ici leur simple valeur statistique pour accéder à un statut anthropologique : oui, dans la gigantesque « chick lit » (littéralement : « la littérature pour poulettes »), la « bit lit » (« littérature de morsure ») est en train de devenir un phénomène de société – et donc une interpellation pour tous ceux qui s’intéressent à la littérature de jeunesse.

Lire la suite de cet article : version téléchargeable.

par Isabelle Casta

Version imprimable fontsizeup fontsizedown
Pour citer cet article :
Télécharger cet article au format PDF (211.6 ko)
 

© Raison-Publique.fr 2009 | Toute reproduction des articles est interdite sans autorisation explicite de la rédaction.

Motorisé par SPIP | Webdesign : Abel Poucet | Crédits