L’ordinaire tient à un fil…

Daniel Sjöström

L’ordinaire ne tient qu’à un fil. L’ordinaire, dit le dictionnaire, c’est ce que l’on fait habituellement. Il suffit de peu pour ne plus le faire. On peut trouver l’ordinaire sans intérêt, un peu plat, et vouloir s’en échapper, par exemple s’enivrer. Mais l’ordinaire peut cesser d’être plat d’une autre manière, à partir du moment où il perd son évidence, où il cesse d’être naturel. La maladie fait rupture dans l’ordinaire, qu’il s’agisse d’une simple fracture ou de tout autre pathologie, l’annonce est brutale : rien, pour un temps, ne sera « comme avant ».

Lire la suite...

Les écuries d’Augias : mythe de la performance et déni de vulnérabilité

Des éthiques du care, on s’attend à ce qu’elles interviennent dans le renouveau de la pensée morale ou dans la réflexion sur le travail du care, sa dévalorisation, ses crises, ses migrations. Dans cet article, je voudrais prolonger sous un aspect sensiblement différent la puissance critique du care du point de vue des évolutions du travail.

Lire la suite...