Accueil du site > Brèves > AAC - Politiques de l’immigration : entre justice et démocratie

AAC - Politiques de l’immigration : entre justice et démocratie

mercredi 13 octobre 2010

Appel à communication
11ème congrès de l’AFSP
31 août-2 septembre 2011
Strasbourg
ST 21 : Politiques de l’immigration : entre justice et démocratie
Organisation : Speranta Dumitru (U. PARIS DESCARTES) & Raul Magni Berton (IEP GRENOBLE)
Date limite pour la soumission : 15 octobre 2010

Les politiques de l’immigration sont des choix sociaux qui affectent considérablement la condition des migrants et peuvent avoir des conséquences importantes sur les politiques distributives des pays d’accueil ou d’origine. Qu’est-ce qu’un choix social juste dans ce domaine et qui doit en décider ? Y a-t-il un lien entre l’équité d’une politique d’immigration et la légitimité de ses décideurs ?

Les deux sessions de cet atelier portent sur l’équité des politiques d’immigration et sur la légitimité de leur processus de décision.

1. Immigration et justice distributive.
Les théories de la justice sociale ne se sont penchées que récemment sur l’immigration (Walzer, 1983 ; Barry & Goodin, 1992 ; Scwhartz, 1995) et de nombreuses questions font encore débat :

• L’aide au développement peut-elle compenser les restrictions à l’immigration ?
• Quel est le lien entre la composition ethnique d’une société et les politiques redistributives ?
• Le droit humain à quitter son pays vaut-il pour les émigré(e)s diplôm(e)s des pays pauvres ?
• Les professionnels de la santé sont-ils un cas à part de migration qualifiée ?
• Comment analyser la surreprésentation des femmes migrantes dans le travail de care ?
• Quels droits les réfugiés environnementaux devraient-ils avoir ?
• A quelles conditions les frontières pourraient-elles être ouvertes ?

2. Immigration et choix démocratiques.

On a souvent soutenu que les théories de la démocratie ne peuvent pas répondre à la question de savoir qui constitue légitimement le peuple (Dahl, 1979 ; Whelan, 1983 ; Goodin, 2007). Cependant, l’équité d’une politique est souvent jugée à l’aune de la légitimité de ses décideurs. Concernant les politiques de l’immigration, les Etats sont déjà en compétition avec d’autres organisations : l’UE (depuis le Conseil de Tampere 1999), les organisations internationales, les courts de justice etc.

• À quelles conditions les Etats devraient décider seuls des politiques d’immigration ?
• Les Etats souhaitant préserver leur culture ont-ils droit à faire de la religion un critère d’admission ?
• La baisse du nombre de réfugiés peut-elle être un but légitime pour un Etat ?
• Le soutien aux personnes en situation irrégulière est-il un acte de désobéissance civique ?
• Les migrations affectent-elles l’internationalisation des politiques relatives aux droits des migrants ?
• Quels migrants doivent participer à quelles décisions politiques ?
• Quelles sont les alternatives à la citoyenneté ?

Ces questions sont données à titre indicatif. Toute proposition portant sur une question de théorie politique normative ou analysant une politique d’immigration spécifique du point de vue de l’équité et/ou de la légitimité de sa procédure de décision, sera la bienvenue. Les résumés de moins de 3000 signes sont à adresser à Speranta Dumitru ; Raul Magni Berton.

 

© Raison-Publique.fr 2009 | Toute reproduction des articles est interdite sans autorisation explicite de la rédaction.

Motorisé par SPIP | Webdesign : Abel Poucet | Crédits