Accueil du site > Brèves > Hannah Arendt et le procès d’Eichmann. La controverse

Hannah Arendt et le procès d’Eichmann. La controverse

lundi 6 mai 2013

Un documentaire de Aurore Mréjen, réalisé par Anne Fleury, diffusé le 7 mai, sur France culture, dans le cadre de l’Emission La Fabrique de l’histoire, sur France Culture (9h05-10h).

En 1961, Hannah Arendt assiste au procès d’Adolf Eichmann à Jérusalem en tant qu’envoyée spéciale du New Yorker. Elle est d’emblée frappée par la disproportion entre l’atrocité des crimes commis et le caractère insignifiant et ordinaire du personnage qui en était l’un des responsables. Selon elle, Eichmann n’est ni un monstre, ni un fanatique, ni un imbécile. Il se caractérise plutôt par une extraordinaire superficialité, une propension à ne s’exprimer que par clichés et phrases toutes faites. Son attitude témoigne, selon Arendt, d’un renoncement à l’exercice des facultés proprement humaines de penser et de juger par soi-même. C’est ce phénomène qu’elle entreprend de décrire dans un livre intitulé Eichmann à Jérusalem : rapport sur la banalité du mal.

La publication de cet ouvrage en 1963 a déclenché une violente polémique contre Hannah Arendt, d’abord aux Etats-Unis, puis dans d’autres pays, au fur et à mesure des traductions du texte. Trois reproches principaux lui étaient adressés : sa mise en cause de certains responsables des Conseils juifs, son ton « ironique », et l’expression elle-même de « banalité du mal ». Ce documentaire donne la parole à des contemporains ou acteurs de cette controverse, qui proposent chacun un point de vue singulier sur les critiques et incompréhensions suscitées par le livre d’Arendt.

Avec Jean Daniel, Roger Errera, Jerome Kohn, Robert Misrahi, Pierre Nora, Norman Podhoretz.

Textes lus par Sarah Moon.

Jean Daniel est fondateur du Nouvel Observateur (1964), éditorialiste et auteur d’une vingtaine de livres. En 1966, suite à la parution de l’édition française du livre d’Arendt sur Eichmann, le journal publie un dossier intitulé « Hannah Arendt est-elle nazie ? »

Roger Errera est Conseiller d’Etat honoraire et Directeur de la collection Diaspora aux Editions Calmann-Lévy. Il a publié dans cette collection plusieurs ouvrages de Hannah Arendt et a eu avec elle un entretien télévisé diffusé par l’ORTF le 6 juillet 1974 dans la série « Un certain regard ».

Jerome Kohn est Directeur du Centre Hannah Arendt à la New School for Social Research à New York et administrateur du Fond Littéraire Hannah Arendt Bluecher. Il a publié cinq volumes de textes inédits de Hannah Arendt.

Robert Misrahi est philosophe et auteur de nombreux ouvrages sur le bonheur, la condition juive et l’Etat d’Israël. Il a assisté au procès d’Eichmann et son nom figurait sur la lettre collective publiée par Le Nouvel Observateur : « Hannah Arendt est-elle nazie ? » Il indique dans ce documentaire que la mention de sa signature était une erreur.

Pierre Nora est historien. Il a publié chez Gallimard la première édition française du livre de Hannah Arendt : Eichmann à Jérusalem. Rapport sur la banalité du mal.

Norman Podhoretz a été rédacteur en chef de Commentary de 1960 à 1995. Il a lui-même rédigé dans cette revue la recension du livre d’Arendt sur Eichmann, intitulée « Hannah Arendt sur Eichmann. Une étude à propos de la perversité du brio ».

Voir sur le site de Raison publique, l’article de Aurore Mréjen : "Absence de pensée et responsabilité chez Hannah Arendt. À propos d’Eichmann"

Voir en ligne : La fabrique de l’histoire (France culture)

© Raison-Publique.fr 2009 | Toute reproduction des articles est interdite sans autorisation explicite de la rédaction.

Motorisé par SPIP | Webdesign : Abel Poucet | Crédits