« Et pourtant ». Hugo, Kafka : le bond hors du mythe

Le storytelling est considéré, dans ce texte, comme une forme particulière de mythe (tel que le définissent notamment J.-F. Lyotard ou J.-L. Nancy) : il présente un récit complet et homogène, raconte l’insertion de l’homme dans le monde et demande adhésion et identification. À ce mythe, à la forme de récit qu’il promeut et déploie, on oppose deux gestes, radicalement différents, d’écrivains : celui de Hugo (dans Les Misérables) et celui de Kafka (dans quelques nouvelles). Il s’agit d’étudier la manière dont les textes de Hugo et Kafka, dont les procédures singulières sont ici analysées, leur lecture ici et maintenant, nous permettent d’échapper à l’emprise du storytelling, en dessinant un autre espace, que nous appelons le Tiers lieu littéraire. Notre texte se propose d’articuler les différents aspects du bond hors du mythe auquel nous sommes conviés. Nos deux auteurs brisent, disjoignent, déplacent ou débordent ce que les récits mythiques assemblent et développent (1. « Défaire le mythe ») ; refusant le mythe comme son envers critique (la suspension du récit, le désenchantement critique), ils proposent, dans l’interstice, une forme différente de fiction, qui reconfigure les identités, les temporalités, et présente d’autres modes de significations : à l’univocité du storytelling mythique est opposée la pluralité d’un récit en réseaux (2. « Le tiers-lieu littéraire ») ; leur « voix », leur énonciation, rend sensible à la possibilité d’une signifiance à « rebrousse-poil », à l’écart des lois du monde : le récit convie le lecteur à une rencontre avec un point hors du tout, noyau irréductible de sens, et donne à éprouver l’infini d’une résistance. Telle est, peut-être, sa dimension et sa tâche « prophétiques » (3. « Une écriture prophétique ? »)

Lire la suite...

« Ce discours s’autodétruira dans quelques secondes » – exposition, contre-narration et montage documentaire

Après avoir marqué les productions avant-gardistes du siècle dernier, l’appropriation documentaire, qui consiste à exposer en contexte littéraire des énoncés ordinaires, semble s’imposer à nouveau dans le paysage poétique français et américain depuis le milieu des années 1990. À l’opposé des rouages huilés du storytelling dont elle joue à faire dérailler la rhétorique stéréotypée, elle produit des œuvres pensées comme des installations textuelles destinées à court-circuiter certains discours dominants. Cet article propose d’analyser une telle technique d’écriture en tant qu’elle produit des dispositifs de contre-narration et d’interroger sa résurgence dans les productions contemporaines. Il fait l’hypothèse que les variations du cut-up de W. Burroughs aux inventaires de J.-H. Michot et aux montages de F. Smith, du détournement de G. Debord aux recontextualisations proposées par les conceptual writers américains, donnent à penser une évolution dans le rapport critique que la littérature entretient aux discours dans lesquels elle puise.

Lire la suite...

Surréalisme contre storytelling

L’histoire littéraire n’est pas seulement une histoire des vainqueurs mais aussi celle des expériences oubliées. Cette contribution veut montrer que nombre d’arguments avancés dans le débat du storytelling, spécialement avec Mythocratie. Storytelling et imaginaire de gauche d’Yves Citton (2010), négligent la leçon du surréalisme. L’abandon des grands récits faisait partie du combat de l’avant-garde théorique contre l’avant-garde littéraire. Il serait utile pour nos débats actuels de prendre davantage en compte les expériences des avant-gardes qui se déroulèrent il y a un siècle.

Lire la suite...

Récits d’Ellis Island : Georges Perec face au « storytelling de la mémoire »

Récits d’Ellis Island, film documentaire de Georges Perec, est consacré à l’île où ont longtemps débarqué les candidats à l’immigration aux USA, aujourd’hui transformée en « Musée de la mémoire ». Réhabilité par le travail muséographique, le site devient porteur d’un discours officiel engageant une certaine conception de l’Histoire et de la mémoire collective. Perec oppose à ce « storytelling » muséographique une critique qui porte autant sur la forme du récit que sur le rapport à la mémoire qu’il implique ; loin de proposer une « contre-narration », il fait le choix de la description contre le récit, de l’affirmation d’un regard subjectif posé dans l’ici et maintenant contre le récit atemporel et anonymisé des guides officiels.

Lire la suite...

Telling storytelling : la métafiction moderne et postmoderne, négation et/ou affirmation du récit ?

L’histoire récente du roman français est souvent résumée par l’idée d’un « retour du récit » après ce qui est considéré comme son rejet par le Nouveau Roman. Cet article avance que cette vision dialectique de l’histoire littéraire repose sur une confusion entre les différents usages du terme « récit » et qu’elle a trait à la logique du « storytelling ». L’analyse détaillée du discours critique dans un essai récent intitulé The Narrative Turn in Fiction and Theory : The Crisis and Return of Storytelling from Robbe-Grillet to Tournier (2014) (Le tournant narratif dans la littérature et dans la théorie : la crise et le retour du récit de Robbe-Grillet à Tournier) de Hanna Meretoja, permet de détecter les mécanismes de cette logique. Malgré toute la sophistication de l’argument, l’absence de définition des concepts fondamentaux et des glissements latents dans leurs usages contribuent à la construction d’une figure d’ennemi contre laquelle la théorie se positionne au nom d’une éthique. Or ce binarisme est justement une stratégie de base du storytelling, qui vient ainsi discréditer la critique. En conclusion nous proposons quelques manières d’éviter la tentation de la logique du storytelling, qui menace éventuellement tout discours critique, particulièrement lorsqu’il est engagé.

Lire la suite...

Contre-histoires kafkaïennes. Le point de vue du coupable dans Disgrace de J.M. Coetzee, The Human Stain de Ph. Roth et Mon cœur à l’étroit de M. NDiaye

Trois romans parus entre 1999 et 2007 empruntent à Kafka et spécialement au Procès un personnage identifié comme coupable, jugé et condamné pour une faute qu’il ne reconnaît pas. Dans les trois cas, c’est le point de vue de cet individu coupable qui structure le récit. Or, il ne comprend pas ce qu’on lui reproche, comme dans Le Procès où Josef K. est arrêté sans avoir « rien fait de mal ». De sorte qu’on est amené à s’interroger sur la nature de sa culpabilité et à suspecter l’accusation elle-même : l’incrimination n’en dit-elle pas plus sur l’accusateur que sur l’inculpé ? N’en apprend-on pas plus sur la société qui juge que sur celui qu’elle juge ? En fait, devant cette accusation dont la légitimité paraît problématique, le point de vue du coupable ne nous offre-t-il pas la possibilité d’écrire une histoire qui contredise le storytelling national, à savoir une contre-histoire ?

Lire la suite...

Moi, Tituba sorcière…Noire de Salem : le récit fictionnel magico-réaliste comme contre-récit historique chez Maryse Condé

Dans l’autobiographie fictionnelle Moi, Tituba sorcière… Noire de Salem, Maryse Condé met en place une esthétique magico-réaliste pour faire du récit de l’esclave noire de la Barbade condamnée pour sorcellerie à Salem un contre-récit historique : le point de vue et le discours spécifiques de la sorcière permettent d’une part de résister au discours historique occidental dominant et d’en combler les lacunes, et d’autre part, de proposer, dans une perspective postcoloniale nuancée, une représentation approfondie de l’identité des esclaves noirs, dont est rétabli le rôle essentiel à la fois dans la construction de l’identité culturelle américaine, et dans l’histoire de l’île de la Barbade.

Lire la suite...

Parler contre dans la littérature postcoloniale: procédés de déconstruction des stéréotypes sexistes et racistes dans l’œuvre de Michelle Cliff

Cet article évoque la manière dont la littérature postcoloniale cherche à remettre en question le discours colonial. Instrumentalisation de l’Histoire, ce discours officiel cherche à donner une image négative de l’individu colonisé, pire, à la lui faire intégrer et à justifier ainsi l’entreprise colonisatrice. A travers deux romans de l’auteure jamaïcaine Michelle Cliff, Abeng et sa suite No Telephone to Heaven, nous étudions la manière dont le recours à la polyphonie redonne au discours colonial sa simple valeur de fiction. Ces œuvres partent du constat que l’idéologie coloniale a mêlé discours sur la race, le sexe, le genre afin de mieux soumettre le sujet colonisé. Reprenant à son compte l’ensemble de ces catégories identitaires, Michelle Cliff propose une autre vision de l’histoire jamaïcaine, en passant par un travail de collecte des mémoires.

Lire la suite...

Des voix sans maître : déconstruire de grands récits par la dystopie (Pierre Pelot)

Le storytelling pourrait être interprété comme l’un des instruments actuels de ce que Guy Debord appelle en 1967 le « spectaculaire diffus », par contraste avec le « spectaculaire concentré » des régimes communistes. La Société du Spectacle fournit une puissante matrice de déconstruction des grands récits, en les ramenant à une froide réalité mécanique, servir une même entreprise de « prolétarisation du monde ». Pierre Pelot, figure marquante de la science-fiction française des années 1970, s’est emparé de cette matrice contestataire pour écrire une série de récits dystopiques de 1977 à 1980. Ses dystopies sont des utopies négatives, qui détruisent les citoyens tout en prétendant les sauver. Dans cet article, nous examinons plus particulièrement trois romans, Delirium Circus (1977), Les Barreaux de l’Eden (1977) et Parabellum tango (1980). Pierre Pelot donne une forme organisée à ce qui pourrait rester pure métaphore, une société conçue comme une machine infernale. Il incite ses lecteurs à une méfiance – que Jean-François Lyotard dit à cette même époque « postmoderne » – envers tout grand récit sotériologique, et propose divers contre-récits, dont le plus abouti se lit dans Parabellum tango. La dystopie devient ainsi un instrument d’interrogation des discours sur le monde, dans une critique anticipée d’un storytelling ayant échappé à ses créateurs, qui sont réduits à l’état de voix sans maître. Outre les aspects thématiques visant à décrédibiliser par principe tout grand récit imposé à la société, Pierre Pelot fait appel à une large gamme de procédés stylistiques et narratifs destinés à transformer ses romans en contre-récits, anti-linéaires, fragmentés ou fractals, comme pour tenter de vacciner son lecteur contre le storytelling du « spectaculaire diffus ».

Lire la suite...

Le Troisième Reich et le roman policier, des écrivains allemands des années 1930 à Roberto Bolaño: Le récit d’enquête contre le récit politique

Cet article propose d’interroger le storytelling à travers deux types de romans policiers se référant chacun à leur manière à la période du Troisième Reich. Tout d’abord, nous rendons compte des recherches de Vincent Platini sur le Krimi de l’époque nazie : le service de propagande de Goebbels a en effet tenté de se servir de ce medium populaire par excellence que représentait le roman policier pour distiller toujours plus l’idéologie nationale-socialiste. Bien plus tard, au cours des années 1990 et au début des années 2000, l’écrivain chilien Roberto Bolaño s’est quant à lui souvent inspiré des contraintes génériques du policier pour mettre en scène les retours de refoulés de ce Troisième Reich auquel le général Pinochet savait rendre hommage… Nous proposons à travers ces deux exemples de mieux cerner la linéarité du storytelling et son rapport au divertissement : en quoi le jeu et ses multiples facettes peut-il, dans le roman policier, servir une idéologie unique – qu’elle soit politique ou marchande, c’est tout un – ou bien, tout au contraire, déjouer toute tentative de résolution et contribuer à tenir le lecteur en alerte, en état de vigilance aiguë.

Lire la suite...
1 2 3 4 5 6