Qui sommes-nous?

A propos

Raison publique est un forum philosophique et littéraire, indépendant, à but non lucratif. Créé en 2003, il se donne pour objectif de mettre au jour et à l’épreuve les idées, les normes et les valeurs qui animent la vie en société, permettent de la penser et de l’orienter. Raison publique entend ainsi contribuer, par la critique, l’analyse et la réflexion, à la compréhension des conditions à travers lesquelles le monde contemporain prend conscience de lui-même, ainsi que des questionnements qu’il suscite chez tout individu soucieux d’en cerner les trajectoires.

Fournir les pièces d’un dossier, identifier les manières de représenter et penser un problème, éclairer les termes d’un débat, mettre à l’épreuve des arguments, des manières de voir et de sentir, tracer des perspectives, en explorer le sens : ces démarches, qui mobilisent tant les ressources de l’investigation philosophique et sociale, que celles de la critique littéraire et culturelle, sont requises par la complexité même des objets dont une raison faisant droit aux puissances de l’expérience et de l’imagination peut vouloir se saisir.

Avec le numéro 10 (mai 2009), Raison publique a ouvert ses pages à un vaste champ de la production culturelle qui, regroupant divers supports (œuvres littéraires, cinématographiques, artistiques) vise à souligner que l’art, au même titre que la philosophie, l’économie, la sociologie ou toute autre discipline scientifique, est à la fois une représentation de l’être humain et de la société ainsi qu’un discours sur celle-ci. Dans tous les domaines de la vie, l’art a donc son mot à dire et sa contribution à l’élaboration d’un monde commun est indéniable. Sans doute le fait-il avec son langage – du reste pluriel – et les moyens qui lui sont propres, sans doute sa visée n’est-elle pas celle des autres disciplines qui prennent ces questions comme objet d’étude, mais il n’empêche que l’art, à sa manière, constitue un apport essentiel et unique, parce que spécifique, à toute entreprise de saisie du monde contemporain. Forte de cette conviction, Raison publique publie depuis 2009 des analyses littéraires d’oeuvres de fiction et de non-fiction, de même que des réflexions sur les thèmes de prédilection de la revue menées à partir d’une perspective littéraire.

Raison publique ne privilégie pas d’orientation théorique particulière. Les contributions plus historiques sont également les bienvenues, pour autant que leurs implications contemporaines soient mises en avant. La revue publie aussi des commentaires et des réponses faisant suite à des articles parus dans ses pages.

Sont privilégiées les contributions qui, sans rien sacrifier de la rigueur académique et de la précision requises, restent accessibles à un public non spécialisé. La revue présente des dossiers thématiques, composés à partir d’appels à contributions. La revue publie aussi des contributions libres. Les auteurs sont donc invités à soumettre à la rédaction tout article relevant de ses axes de recherche et de réflexion.

La rédaction n’accepte pas de recensions et de critiques non sollicitées.

Histoire

La revue Raison publique a été cofondée en 2003 par Alain Renaut et Patrick Savidan aux Editions Bayard. Après une période de rodage, et ses trois premières livraisons, le projet a été repensé et relancé par Patrick Savidan aux Presses de l’Université Paris-Sorbonne. Avec un comité de rédaction élargi et diversifié, Raison publique a fait paraître chez cet éditeur ses numéros 4 à 15 (de 2005 à 2012), avant de rejoindre les Presses de l’université de Rennes (n°16 à 20).

En 2017, Patrick Savidan et Sylvie Servoise créent les “Editions Raison publique”, une association dont le but est de contribuer à la recherche et au débat public sur des questions éthiques, politiques et sociales, par l’édition et la publication d’essais, de livres collectifs et revues, au format papier et numérique, et par l’organisation d’événements en rapport avec ses activités. Les Editions Raison publique ont pris en charge la publication de sa revue éponyme depuis son numéro 21 et fait paraître leur premier ouvrage en 2019.

L’équipe de Raison publique a toujours été soucieuse d’assurer la plus large diffusion aux travaux de ses contributeurs. Une stratégie de diffusion numérique a été mise en place dès 2009, avec le lancement du site raison-publique.fr offrant un accès libre à ses publications. Le succès fût remarquable et le nombre des abonnés à sa lettre d’information mensuelle en constante progression. Ce premier site, gracieusement conçu (sous SPIP) par Ludovic Lepeltier puis refondu et développé par Abel Poucet, n’a malheureusement pas supporté le passage du temps et a rencontré en 2020 un problème technique qui a provoqué la perte de toute sa base de données. Grâce à Olivier Pereira, un collègue de l’université de Louvain, nous avons eu la joie de pouvoir récupérer celle-ci. Aujourd’hui, c’est un site nouveau qui vous accueille à cette même adresse. Hébergé par OVH, ce site sous wordpress utilise un thème développé par Thomas (ThemeZee).

Nos parutions ont repris. Nous complèterons celles-ci au fil du temps par la republication progressive des articles, entretiens, dossiers et critiques publiés depuis 2009.

Les Editions Raison publique sont dirigées par Patrick Savidan et Sylvie Servoise.


L’équipe de la revue Raison publique

Directeur de la rédaction

Patrick Savidan (Université Paris-Est Créteil).

Rédacteurs en chef 

Sylvie Servoise (Le Mans université, en charge du pôle « Arts et littérature »)

Jean-Baptiste Mathieu (professeur agrégé de Lettres au lycée Marcel Pagnol d’Athis-Mons, en charge des pages « Critiques »).

Conseil de rédaction de la revue Raison publique

Serge Audier (Université Paris-Sorbonne), Jean-Cassien Billier (Uni­versité de Paris-Sorbonne), Martin Breaugh (York University, Canada), Cécile Fabre (University of Edinburg), Marc Fleurbaey (Princeton University), Bernard Gagnon (Université du Québec), Marie Gaille (Université Paris-Diderot), Charles Girard (Université de Lyon 3), Axel Gosse­ries (Chaire Hoover, Université catholique de Louvain), Raphaëlle Guidée (Université de Poitiers), Stéphanie Hennette-Vauchez (Uni­versité Paris-Nanterre), Laurence Kaufmann (Université de Lausanne), Justine Lacroix (Université Libre de Bruxelles), Aurélie Ledoux (Université de Paris-Nanterre), Frédérique Leichter-Flack (université Paris-Nanterre), Guillaume Le Blanc (Université Paris-Diderot), Rober­to Merrill (Universidade do Minho, Braga), Jan-Werner Müller (Princeton University).