La Sagesse collective

Print Friendly, PDF & Email

Ce dossier, dirigé par Hélène Landemore et Jon Elster, a été initialement publié dans Raison publique, n°12, 2010.

Un groupe de citoyens ordinaires, sans compétence particulière, est-il capable de prendre de meilleures décisions qu’un petit groupe d’experts ? La folie des foules redoutée par Le Bon ou Schumpeter ne peut-elle pas, sous certaines conditions, céder la place à une sagesse des grands nombres ?

Telles sont les questions qui forment le cœur de ce dossier consacré à la sagesse collective, issu d’un colloque organisé en mai 2008 au Collège de France par Jon Elster et Hélène Landemore.

Quels mécanismes permettent de décrire le fonctionnement de la sagesse des foules ? Sous quelles conditions donne-t-elle les meilleurs résultats ? Si la compétence des experts est un ingrédient important d’une bonne décision collective, les récents travaux effectués dans le sillage de David Estlund tendent à souligner l’importance au moins aussi grande de la diversité cognitive : c’est la variété de points de vue, même limités, sur une question donnée qui fait la qualité de la décision globale.

Cette controverse sur la sagesse ou la folie des foules traverse la philosophie politique parce qu’il touche du doigt un des principaux arguments en faveur de la démocratie : depuis le fameux débat qui opposait Aristote à Platon sur la sagesse respective des profanes et des experts, la question se pose de savoir si l’on peut défendre la démocratie non seulement pour des raisons de principe, mais également pour des raisons instrumentales. En d’autres termes, la sagesse collective ne fournit-elle pas un argument en faveur de la supériorité des décisions qui se prennent en démocratie ?

Les articles rassemblés dans ce dossier explorent ces différentes questions, depuis les arguments de principe jusqu’aux questions d’application et d’organisation des institutions.

Solange Chavel

Sommaire

La raison démocratique : les mécanismes de l’intelligence collective en politique, par Hélène Landemore

Le Mythe de l’électeur rationnel et la théorie politique, par Bryan Caplan

Au-delà de l’ignorance rationnelle, par Gerry Mackie

L’ingénierie optimale d’une assemblée constituante, par Jon Elster

Sagesse collective et construction des institutions, par Adrian Vermeule

Sanior pars et Maior pars dans les aréopages contemporains. Le cas des comités d’évaluation des médicaments en France et aux États-Unis, par Philippe Urfalino

Philosophe et sociologue, Jon Elster a été professeur au Collège de France, où il était titulaire de la chaire « Rationalité et sciences sociales ». Il est désormais titulaire de la chaire Robert King Merton et professeur en sciences sociales à l'université Columbia.