Littérature et arts face au terrorisme

Ce dossier ne prétend pas livrer de nouvelles informations sur « le » terrorisme : il propose, comme la littérature et les arts eux-mêmes en un sens, un travail de « secondes mains », mais secondes mains ô combien précieuses, si l’on estime que les arts, dont la littérature, sont susceptibles de livrer des représentations et des discours qui engagent de manière puissante nos sensibilités de « récepteurs » de ces discours et des ces œuvres. Des écrits très divers consacrés au terrorisme, dont des écrits sur l’art, que l’on verra citer en grand nombre dans les articles qui suivent, provoquent un minimum de soulagement contre la « terreur », face aux attentats et aux deuils que nous avons tous pu connaître. Il est donc bien vrai que lire, méditer, apprendre aide à vivre ?! Ce dossier examine aussi bien la représentation artistique du terrorisme, qui agit sur nos connaissances, nos pensées et notre sensibilité, qu’il interroge, en partant de ce thème actuel si particulier, la puissance des arts. Il s’agit ici de rappeler à tous que les sciences humaines, dont les études littéraires et artistiques, méritent d’être revalorisées dans l’opinion, par les institutions et les médias, ce que Raison Publique revendique par excellence.

Catherine Grall est maîtresse de conférences en littérature générale et comparée, membre du Centre d’études du Roman et du Romanesque, membre associé de « Fiction et interaction », équipe de recherche dédiée aux fictions artistiques, UMR ACTE, dirigée par le Professeur Bernard Guelton, Université Paris-I.