Retour à la vie ordinaire

Pour la philosophie, l’idée d’ordinaire est à la fois objet de rejet et de fascination, l’ordinaire est comme l’autre de la philosophie, ce qu’elle veut, dans son arrogance, dépasser, mais aussi ce vers quoi elle aspire, nostalgiquement, à retourner, dans la (dé)négation de notre langage ordinaire et de notre caractère ordinaire, dans la fausse évidence de nos « croyances ordinaire »s ou de nos « formes de vie ». La tâche de la philosophie de l’ordinaire serait nous ramener à nous-mêmes – ramener nos mots, dit Wittgenstein, « de leur usage métaphysique à leur usage quotidien »,  sur terre, ramener la connaissance du monde à l’acceptation du réel, ramener aussi notre fantasme de connaissance ou de proximité d’autrui à la pratique et à la coordination sociale ordinaire  – ce qui n’a rien d’aisé ni d’obvie, et fait de la recherche de l’ordinaire la quête la plus difficile qui soit, même si (précisément parce que) elle est là, à portée de n’importe qui. C’est à l’exploration de ces multiples facettes du retour à la vie ordinaire que s’attache ce dossier coordonné par Sandra Laugier et Marie Gaille.

Ce dossier a tout d’abord fait l’objet d’une première parution dans la revue papier : Raison publique, 2014/1 (n°18). Il est désormais intégralement accessible en ligne.

Sandra Laugier est Professeure des universités en philosophie à l'Université Panthéon-Sorbonne (Paris I, ISJPS) où elle travaille entre autres sur la philosophie du langage et de la connaissance, la philosophie américaine et morale contemporaines ainsi que sur les études de genre.

Marie Gaille est directrice de recherches en philosophie au CNRS, directrice scientifique adjointe, Institut des Sciences sociales et humaine, CNRS ; et dans le cadre de cette fonction, co-directrice de l’ITMO Santé publique d’AVIESAN. Ses recherches portent sur l’histoire et le sens de la relation entre médecine, anthropologie et philosophie.